Voyage à Berlin

Interview dans le journal « El Menorca » à Minorque

Hier est paru en dernière et pleine page du journal « El Menorca » mon interview sur mon livre « Balade en bleu, Paseo Azul » en vente maintenant dans les librairies de Minorque et Nantes : superbe pub! (la  traduction en français ci-dessous)   le pdf de l’article de journal :  Art_El_Menorca_Paseo_Azul_27_05_19-1

Journal « Menorca » du 27 Mai 2019 (dernière page) :

Bernard Vinceneux photographe :

«J’ai 67 ans, et suis né en Bourgogne, en France. Depuis 15 ans je vis à Nantes, bien qu’ayant vécu en d’autres lieux comme le Sénégal, Perpignan ou Paris. Je suis venu pour la première fois en voilier à Minorque en 1975, et y suis retourné de nombreuses fois. Je suis ingénieur en bâtiment, retraité depuis 3 ans. Je viens de publier un livre de photographies de Minorque. »

« Mes photos sont toujours une surprise »

Bernard Vinceneux arriva pour la 1ère fois dans l’île en voilier en 1975. Presque 30 ans après il a acheté avec sa femme un appartement à Es Castell, commune où ils passent la moitié de l’année quand ils ne sont pas à Nantes. Là, dans la localité la plus à l’Est de Minorque, il a fait une exposition photographique en 2016, et maintenant, après une autre exposition dans la salle Xec Coll à Ciutadella en 2017, il présente un livre de photographies de nombreux coins de Minorque, vus depuis la mer et la mettant en valeur.

Depuis quand faites-vous de la photo ?

J’ai commencé jeune, vers les 20 ans en faisant de la photo argentique en noir et blanc. J’ai arrêté pendant une longue période, et au début des années 2000, j’ai repris la photo, avec le numérique. Maintenant, étant retraité, j’ai beaucoup plus de temps.

La mer est toujours présente dans vos images ?

Oui, toujours la mer, et toujours en montrant un peu au-dessus et un peu au-dessous de la surface de l’eau. J’aime beaucoup que, dans une seule photo, puissent se voir ces deux mondes.

Pourquoi ?

Cela me plaît qu’à la prise de vue on ne sache pas ce qui va en sortir. Toujours c’est une surprise. En effet, après avoir nagé, je retourne à la maison pour voir les photos sur mon ordinateur. Beaucoup d’entre elles sont bonnes à jeter, mais il en ressort toujours une qui en vaut la peine.

Vous utilisez des accessoires ?

Un ami du photoclub Revel’Art d’Es Castell m’a dit que je pourrais mettre des objets qui ne sont pas habituels en mer. Et j’ai choisi d’y mettre des jouets en bois, Pinochio, ou des Playmobils. J’utilise aussi des « bouteilles à la mer ».

Dans vos œuvres il y aussi un facteur chance comme les gouttes sur la vitre du caisson, les reflets et les réfractions de la lumière dans l’eau.

Oui, le hasard fait beaucoup, mais je choisis quand même ce que je veux montrer, un llaüt (barque locale), un paquebot de croisière, ou une petite maison du rivage… Je vise approximativement et prends beaucoup de photos du coin que je souhaite photographier.

On ressent votre passion pour la mer.

J’aime beaucoup nager, avec palmes, masque et tuba, et j’aime beaucoup la photographie. Et ainsi je réunis mes deux passions.

Après vos deux expositions, vous présentez maintenant une collection d’images dans le livre « Balade en bleu , Paseo azul ».

Il y a dans ce livre une centaine de photos, toutes de Minorque, d’endroits comme Es Castell, Cala Corb, la rade de Mahon, Es Canutells, Binibequer Vell, Na Macaret, Fornells… Les photos sont prises en nageant ou d’un kayak en double avec ma femme. Et les images sont accompagnées de textes poétiques, d’un écrivain Nantais, Philippe Gicquel, inspiré par les photos. Il a choisi les photographies sur lesquelles il allait écrire ses textes.

C’est une édition bilingue.

Les textes ont été traduits en espagnol par Margarida Llabrés, une jeune femme de Ferreries, qui vit à Nantes, et a su très bien capter l’esprit des textes de Philippe Gicquel. Ce fut un travail difficile et elle s’en est très bien sortie.

Ce livre n’est pas votre premier ?

C’est le troisième. Le premier fut « Métamorphose », un livre de photos sur la transformation du Musée des Beaux Arts de Nantes lors du chantier de rénovation. Il montre en contrepoint le changement du musée ancien vers le nouveau, ses statues de pierre insérées dans les échafaudages, et les grandes portes des salles du musée. Le second livre est « Naoned Odyssée, Hommage à Nantes et à ses poètes » que j’ai publié avec Thomas Grison. Ce dernier a écrit des textes, un pour chacun de quarante poètes de Nantes, et a choisit chaque fois un lieu de la ville. Il m’a demandé de faire une photo pour chacun des sites.

Votre livre est déjà en vente ?

On peut en effet le trouver dans les librairies Sa Catolica et Espai14 à Mahon, Pau et Es Raco à Ciutadella, Sa Libreria à Ferrerries, Detalls à Alaior, et Serra à Es Castell.

Nous avons déjà vu vos photos en deux expositions, à Ciutadella et à Es Castell. Pour quand la prochaine ?

Pas cette année, mais je pense que cela pourrait être possible l’année prochaine. Je préfère attendre un peu, pour avoir de nouvelles photos, avec de nouveaux jouets de bois que j’ai achetés dans diverses boutiques. Quand j’aurais suffisamment de photos intéressantes, je pourrais faire une nouvelle exposition.

Isaac Pons de Rosa (journaliste)

Couverture livre "Balade en bleu"
Couverture livre « Balade en bleu »
4ème de couverture du livre « Balade en bleu »

 

Mon livre « Balade en bleu » en librairie à Nantes

 

Couverture livre "Balade en bleu"

Couverture livre « Balade en bleu » : Une palette de 170kg m’attendait en bas de chez moi  : un grand moment de stress pour la réception des exemplaires de mon livre « Balade en bleu » : Mais que du bonheur après une bonne suée …

Il est maintenant en librairie à Nantes, et bientôt aussi à Minorque. Beaucoup de travail, mais le résultat est là, grâce aussi à la belle impression offset des imprimeries Escourbiac. Les couvertures :

4ème de couverture du livre « Balade en bleu »

 

 

Exposition « Balade en bleu » à Nantes

Je viens d’accrocher ma nouvelle exposition « Balade en bleu »
au CIC Iberbanco 17 Route de Paris, au 1er étage, à Nantes Retour ligne automatique
(en face la station service de Paridis, à gauche en sortant de la ville) Retour ligne automatique
du 02 avril au 26 avril 2019 aux horaires d’ouverture de la banque CIC Iberbanco (entrée sur le côté droit de la façade sur rue) au 1er étage (voir photos du lieu ci-dessous) : Retour ligne manuel
- Du Mardi au Vendredi :8h45-12h30 | 13h30-18h00 Retour ligne manuel
- Le Samedi : 8h45-12h30

Des photos nouvelles, et un livre prochainement sur le même thème.

« Aux Baléares, à Minorque, nageant avec palmes, masque, tuba, muni de mon appareil photo et de son caisson étanche, mon univers se limite soudain à ce mince espace de transition entre l’eau et l’air, à ce paysage à hauteur de masque.Retour ligne automatique
Et les images qui en surgissent sont pour le moins surprenantes, filles des reflets du soleil sur la mer, fantômes inattendus naissant à la frontière entre l’eau et l’air, paysages méconnaissables, réalité déformée par les gouttes d’eau s’éparpillant sur la vitre du caisson. Retour ligne automatique
Et quand, parfois, dans cet espace fluctuant, on découvre des jouets flottants ou des bouteilles, avec ou sans message, on ne doute plus de la réalité des rêves. »

« Paseo azul

Cuando nado en Menorca (Islas Baleares), con máscara, tubo y aletas, equipado con mi cámara y su carcasa hermética, mi universo se limita repentinamente a este fino espacio de transición entre el agua y el aire, a este paisaje a la altura de la máscara.
Y las imágenes que surgen son, por lo menos, sorprendentes, hijas del reflejo del sol en el mar, fantasmas inesperados nacidos en la frontera entre el agua y el aire, paisajes irreconocibles, realidad distorsionada por las gotas de agua esparcidas sobre el cristal de la carcasa.
Y cuando, a veces, en este espacio versátil, descubrimos juguetes o botellas flotantes, con o sin mensaje, ya no dudamos de la realidad de los sueños. »

Exposition « Minorque Au delà du miroir »

Nouvelle exposition : « Minorque Au delà du miroir » à la Casa Pedro Muñoz, 4 place de la Cohue, 44115 Haute Goulaine en attendant la parution d’un livre photos sur le sujet.

Aux Baléares, à Minorque, je ressens le plaisir de nager avec palmes, masque et tuba, et j’y retrouve les images sous-marines de mes vacances d’enfant dans le Var.

Avec mon appareil photo et son caisson étanche, je peux en même temps y assouvir mon actuelle passion de la photo.

Je me suis concentré sur cet espace de transition entre l’eau et l’air, toujours à hauteur de mon masque : un peu au-dessous, un peu au-dessus de la « surface-miroir », ou

entre deux eaux …

Bien sûr le hasard fait beaucoup, mais j’essaye de l’apprivoiser en choisissant un peu le cadrage, ou l’angle de prise de vue.

Et les images se jouent des reflets, la frontière entre eau et air est franchie, les paysages sont déformés par les gouttes d’eau, sur la vitre de mon caisson étanche, et le monde de ces photos semble parfois, comme au pays des merveilles, au-delà du miroir … de la surface de l’eau.

Mon nouveau livre en vente

Hier fut un grand jour pour moi en voyant, dans les librairies de Nantes et à la FNAC, notre livre en vente : « Naoned Odyssée : hommage à Nantes et à ses poètes » qui est un ouvrage singulier, où Thomas Grison a écrit 40 textes, à la manière de 40 écrivains et poètes Nantais, a attribué à chacun d’eux un lieu de Nantes, et m’a demandé d’illustrer chacun d’eux par une photo  : voir la présentation sur le site de l’éditeur Au pays rêvé et un commentaire d’un des écrivains

Naoned Odyssée